For a better experience on MUBI, update your browser.

Ratings & Reviews

  1. Axel's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    Un "vrai-faux" procès américain réaliste et bien reconstitué, loin des clichés et des "objection votre honneur" à tout va que l'on a l'habitude de voir. Certains témoignages sont poignants, ce qui rend le sujet de la crise des subprimes on ne peut plus concret.

  2. Michael Zyx MH Claes's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    A part sur le CV des auteurs qui ont monté tout ce bazar, ce docufiction est INUTILE. Si on veut que ça change il faut agir avec la même violence que les financiers. Leur mettre la pression, foutre la merde 24/24 7/7, occuper les bureaux, hacker les ordis, s'attaquer aux villas, saboter les véhicules, leur faire honte devant leurs enfants, les ridiculiser devant les médias. Et d'abord quitter nos canapés & écrans LCD

  3. Christophe's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    Une explication simple, claire et concise de la crise des subprimes.

  4. Julius GL's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    Un documentaire utile et précieux, sur un foutage de gueule honteux. Aucun banquier n'a été inculpé, et nous les avons grassement renfloués sans aucune contrepartie, sans la moindre réglementation comme par exemple séparer les activités de dépôt et d'affaire. Pour nous les yeux pour pleurer, pour eux la fête du slip.

  5. Rubis's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

  6. Alexis Feix's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    Qui peut encore soutenir que le système capitaliste et les mécanismes qu'il implique est viable et humaniste !?

  7. Ludovic72's rating of the film Cleveland Versus Wall Street

    Dans ce "film de procès" particulier, le réalisateur français dévoilait un peu trop son point de vue sur la situation. Mais avec le recul (six années ont passé), il est devenu encore plus clair que les grandes banques ont joué un rôle majeur dans le désastre en question. On apprend ici par quels mécanismes elles ont pu ruiner des gens déjà pauvres, en exploitant sans aucune honte le "rêve américain"...